Lettre (ouverte?) de Vincent et Quentin : Projet TTCNA-ASGEN NANTES

Lettre (ouverte?) de Vincent et Quentin : Projet TTCNA-ASGEN NANTES

Vous trouverez ci-après la lettre adressée par Vincent Boiteau de l’ASGEN TT et Quentin Mounier du TTCNA suivie de ma réponse au nom de l’ASGEN et en accord avec Daniel.
Il y a eu des réponses de Michel Baillau que je ne publie pas car elles sont plus des encouragements qu’une réflexion.
S’agissant d’une lettre et d’une réponse publiques, je les laisse en lecture pour tous.

Bonjour à tous,

Quentin Mounier, entraîneur au club de Nantes, ainsi que moi-même, Vincent Boiteau, joueur au club de l’ASGEN et Animateur Technique au comité départemental de Loire-Atlantique, sommes rapprochés, en vue de faire évoluer le projet d’une entente entre les deux parties.

Aujourd’hui, on se rend compte que rien n’avance dans le bon sens, le sens qu’il faudrait.
On se joint, tous les deux, issues des deux parties, pour vous exprimer notre ressenti, nos intentions, et nos espérances.

Tout d’abord, nous sommes tous les deux attristés par ce qui arrive au club de l’ASGEN. La perte de la salle est un événement majeur.
Mais, ce dernier, va engendrer, on l’espère très fortement, une suite très positive.

Les deux clubs ont une histoire totalement différente, une idée de voir le ping parfois différente et pour finir, deux cultures différentes.

Cependant, si chacun met « de l’eau dans son vin », on peut arriver à quelque chose de grand.
Qu’est ce que quelque chose de grand ?
On souhaite émettre quelques idées

Côté perfectionnement :

-un club avec au minimum deux éducateurs, + bon nombre de bénévoles qui peuvent intervenir

-une image de marque qui est la proB, qui ne peut être que bénéfique (financièrement, et par rapport à l’image pour les jeunes) pour le club
>avec éventuellement objectif de montée en proA au fil des années avec le centre d’entraînement qui a été mis en place à Mangin Beaulieu

-réussir à avoir un nombre conséquent de nationales, avoir la pyramide (N1, N2, N3), plusieurs N2 et/ou N3 si possible (ce qui peut déjà être le cas avec nos deux clubs)

-attirer les féminines, avoir au moins deux nationales filles sur le long terme, les filles amènent les filles !

-mise en place d’une section sportive (horaires aménagées à l’école permettant à l’enfant de pouvoir s’entraîner chaque jour directement après les cours), allant de la 6ème à la 3ème pour amener de la formation au club

-Côté loisirs :

-avoir un éducateur qui ne sera que sur la partie plus loisirs

-garder ce que fait très bien le TTCNA : accueillir les écoles, à condition de faire la jonction avec la mise en place plusieurs fois par semaines de section baby-ping
> donner envie à ses jeunes de faire du tennis de table

-avoir un/des créneau(x) handisport

-des créneaux pour les féminines

De plus, on sait qu’en 2020, le pôle france et le pôle espoir quitte la salle de Mangin Beaulieu.
Ce qui nous laisse la possibilité d’apporter un espace convivialité.
> pourquoi pas faire un salon au fond de la salle, un endroit ou on aura de quoi passer du bon temps à la fin de l’entrainement ou d’une rencontre par équipe.

En somme, l’ASGEN peut apporter au TTCNA, le TTCNA peut apporter à l’ASGEN.
Tout ceci est un gros projet, et présage un avenir radieux ou tout le monde peut y trouver son compte : joueurs, dirigeants, entraîneurs, arbitres, bénévoles, etc…

Il suffit à chacun, dirigeants des deux clubs, de dialoguer, de ne pas penser uniquement à son avenir mais d’un avenir pour ce potentiel futur club de Nantes.
C’est du gagnant gagnant.
Aujourd’hui, aucun club ne domine outrageusement sur la région nantaise.
Avec Quentin et moi-même, nous voulons que ce nouveau club domine la région, que les licenciés, à l’intérieur de ce club, soient comblés à tous les niveaux.

Nous invitons, dirigeants des deux clubs, à davantage programmer des réunions, d’avancer de manière positive vers un objectif commun, à ne pas voir qu’à l’intérêt pour sois-même mais de parler à la troisième personne, comme nous le faisons avec Quentin.

Nous pouvons mettre en place quelque chose de grand, nous avons le sort entre nos mains, il suffit simplement de faire les bons choix !

Bonne compréhension,

Quentin & Vincent

Bonjour,

La lettre commune de l’entraîneurs du TTCNA et du joueur de l’ASGEN TT mais également cadre technique du département a bien évidemment retenu toute l’attention des dirigeants de l’ASGEN TT, d’autant que s’agissant de jeunes joueurs nouvellement arrivés dans leurs clubs respectifs, ils ont une vision neuve et je dirais presque extérieure de la situation.

Ceci étant, il convient de bien noter que l’arrêt des discussions n’est en aucun cas le fait de l’ASGEN TT et que nous sommes, en ce qui nous concerne, tout à fait disposés à revoir nos homologues du TTCNA.

Je voudrais cependant rappeler ici la position de l’ASGEN TT qui, de notre point de vue, semble tout à fait raisonnable. En aucun cas, nous n’accepterons une « absorption » comme proposée par le Président du TTCNA. Nous avons simplement souhaité « sauver les meubles » dans l’urgence en intégrant la salle de Mangin Beaulieu et nous laisser le temps de bâtir un projet qui tienne la route avec le club du TTCNA. Si ce projet doit se faire en 6 mois ou en 2 ans, il doit prendre le temps de la maturité pour réussir. Ce n’est pas à coup de diktats (« vous ne mettrez pas les pieds à Mangin si vous ne signez pas une convention avec nous » ou « si vous ne fusionnez pas dans 1 an, vous dégagez » … sachant que fusion = dans certains esprits absorption) que la situation peut avancer. Au passage je me demande où se situe l’intérêt du ping dans cette situation qui ne laisserait d’autre choix à l’ASGEN TT qu’une dissolution et la perte de ses 182 licenciés à ce jour sans aucun profit pour le TTCNA tant le ressentiment serait grand. Enfin, je voudrais rappeler que, malgré nos demandes, nous n’avons aucune indication des finances du TTCNA et du coût réel de la Pro B. Les nôtres ont été données en toute transparence, d’autant que nous avons demandé un audit du club auprès du Fondes et que nous faisons actuellement l’objet d’un Dispositif Local d’Accompagnement (DLA).

Nous sommes très conscients que le fait de se côtoyer journellement à Mangin va amener de la synergie dans les équipes et de la porosité dans les entraînements de chaque partie, les joueurs d’un club pouvant aller facilement dans l’autre aux entraînements. Nous avons également tout à fait intégré le fait qu’une fusion dans ces conditions est inéluctable mais pour qu’elle soit une réussite, elle doit se faire en respectant le partenaire. La procédure de fusion est très délicate à mener. Il faut au préalable une AG extraordinaire de dissolution de chaque entité (+ pour l’ASGEN TT une sortie de l’ASGEN Omnisport à négocier) et ensuite une AG constitutive avec élection du bureau et du nouveau président, chaque club abandonnant son ancien nom pour se retrouver sous un nouveau. Il est évident que le rapport de force actuel en faveur de l’ASGEN TT fait craindre aux dirigeants du TTCNA la perte du pouvoir dans la nouvelle entité. C’est finalement tout l’enjeu du désaccord actuel. Du côté de l’ASGEN TT, nous n’en faisons pas une question préalable mais évidemment, un conflit dur ne ferait qu’aggraver les ressentiments et conduire justement à ce que nous ne voulons en aucun cas, une déperdition de licenciés par la prise de pouvoir d’une partie au détriment de l’autre.

Pour terminer, je voudrais reprendre les propositions de nos jeunes cadres en disant qu’il est grand temps de se retrouver à une table de discussion, de dédramatiser la situation et de se projeter résolument et sereinement vers l’avenir autour d’un véritable projet commun.

Cordialement

— Jacques Marin

ASGEN Tennis de Table

Laisser un Commentaire

Connectez vous pour poster un commentaire.